vacances et disputes
Actu

Vacances et disputes, les Do et les Don’t

Cravates, costumes, tailleur, ou toutes autres tenues de travail sont remisées au fond du placard. Short, t-shirt, tong, panama, petite jupe, lunettes de soleil tout est de sortie pour vos vacances ! C’est parti, on oublie sa vie quotidienne mais du coup on passe bien plus de temps en couple… Étudions comment vacances et disputes peuvent ne pas trop se croiser.

Au jour le jour, tout va bien

Dans la vie quotidienne, on se claque le bisou le matin et on se retrouve le soir avec des histoires à se raconter ou des projets à développer. Mais là, c’est les vacances, on est ensemble. Tout le temps. On peut enfin parler, rêver, divaguer, se câliner et… faire rejaillir de vieux dossiers, des sujets à disputes 100% assurés, des choses qui passent inaperçu au jour le jour mais qui là vont créer des frictions inévitablement… Alors ça donne quoi ? On passe en revue les bêtises à ne pas faire ou les choses à faire pour survivre à cette période de promiscuité intense.

Le transport, moment critique

  • Réserver des billets d’avion avec bagages à main uniquement. Et omettre de le préciser au moment de réaliser ces bagages… Cela promet un échange sportif au moment pile où il faudra partir pour l’aéroport et où vous serez déjà en retard bien entendu…
  • Faites un décompte du timing transport. « Notre train part à 11 h. Il nous faut 1 h pour arriver à la gare. On se prend 15 minutes de marge pour être tranquille et avoir le temps d’acheter journaux et café. Par conséquent, on est tous les 2 prêts à partir à sur le pas de la porte à 9 h 45 min. » Vous savez à quoi vous en tenir.
  • En voiture, on se met d’accord au préalable sur la playlist qui sera diffusée. Si vous avez prévu de passer en boucle l’intégral de votre idole Céline Dion, il y a fort à parier que votre conjoint et accessoirement conducteur, fasse une légère crise au quart de la route, voir au bout d’une dizaine de kilomètres. Et cela, même s’il est fou de vous. N’espérez même pas chanter en duo.
  • Investissez dans un GPS digne de ce nom. Par pitié, ne demandez pas à votre conjoint de jouer ce rôle qui va forcément tourner au pugilat. « Je t’avais dit de sortir ! » « Mais pas du tout tu m’as dit la prochaine ?!? »

Le quotidien… de vacances

  • On utilise le sac tissu prévu pour récolter le linge sale des vacances. Pas question de laisser vos affaires sales s’éparpiller sur votre lieu de villégiature. C’est les vacances pour tout le monde, personne ne ramasse le slip ou la culotte trouée de l’autre à côté du barbecue. C’est à ce prix que vacances et disputes ne se croiseront pas.
  • On referme le capuchon du tube à dentifrice. On referme le pot de crème « commun ». Et on n’utilise pas le déodorant de l’autre, même une seule fois.
  • Le soleil se couche lentement, de retour de la plage, tout le monde a pris sa douche. La crème hydratante s’est faite aspirée par votre peau sèche. Tout le monde est sur son 31 pour un apéritif face à la vue. Un moment de vacances comme on les aime se prépare. Là, à ce moment précis, surtout, on ne parle pas à son conjoint du réveil matinal du lendemain puisque c’est son tour de se réveiller à 5 h pour le biberon du cher et tendre.
  • Lancer entre la tarte au citron et le digestif l’un de ces sujets de conversation : «Moi je trouve Donald Trump plutôt sympa», «Le réchauffement climatique, franchement, vous y croyez ?», «Un sac c’est un sac, je ne vois pas ce qu’une marque ou une autre change ?».
  • Perdre ou faire tomber dans la piscine l’unique chargeur commun de vos téléphones portables. Pareil pour les écouteurs. Gros motif de croisement entre vacances et disputes.
  • Spoiler le sujet d’un article ou d’un livre que vous avez lu et que votre conjoint, confortablement installé sur son transat, s’apprêtait à dévorer avec gourmandise.
  • Se rendre compte, le dernier jour, que le ménage n’était pas inclus.

Valable tout le temps en fait 

  • Monter, à deux, le lit parapluie. Et c’est pareil hors vacances pour n’importe quel meuble. On ne le fait pas à deux. Jamais.
  • Prononcer l’une de ces phrases, que vous soyez tous les 2 ou pire, devant assistance: «Je te l’avais bien dit», «Je n’aurais pas fait comme ça».
  • Dire «on» sur les choses qu’on sait être réalisé par l’autre: «On a pris les serviettes de plage ?», «On a pensé à la crème solaire ?», «On a racheté du rosé ?».
  • Boire la dernière gorgée de bière dans le verre de l’autre. Valable pour tous les autres alcools et tout au long de l’année en fait.
  • Dire « ça va ? T’es sûr que ça va ? » Plusieurs fois de suite, jusqu’à l’énerver vraiment. Valable tout le temps en fait.
  • Aller chez Ikea. Mais ça, c’est valable tout au long de l’année.

Social et flirt

  • Échanger vos marques de bronzage en photos via Facebook ou Instagram dès le réveil ou avant d’aller vous coucher.
  • Liker les photos super bien gaulées de copines ou copains en commun en maillots sur la plage.
  • Faire un selfie avec l’i-phone de votre conjoint sur l’avant du bateau qui fonce à toute allure sur une mer ondulée.
  • Rire trop fort et de façon trop récurrente aux histoires du / de la conjoint(e) de son meilleur(e) ami(e). Idem sur tous compliments trop appuyés qui ne ferait pas l’objet d’une réciprocité immédiate avec votre moitié.

Les copains d’abord

  • Avoir accepter que des potes de passage dans la région débarquent une journée au bord de la piscine et ne pas avoir prévenu son conjoint des mois à l’avance.
  • Pousser par surprise votre conjoint munie de son I-phone dans la piscine pour “faire rire les copains”.
  • Jouer à plusieurs au Monopoly et laissez un de vous deux gérer la banque.

Les résolutions dévastatrices ? Non, pas en vacances…

  • Décider de stopper une addiction quelle qu’elle soit pendant les vacances au risque de révéler votre côté obscur.
  • Décider subitement de se mettre au régime. Vacances et disputes vont se croiser c’est sur…
  • Réaliser, en disant au réceptionniste de l’hôtel «Écoutez je ne comprends pas, nous n’avons pas commandé une choucroute à 3 h du matin au room service.» qu’en fait, si, votre conjoint, lui, s’est bel et bien fait plaisir au milieu de la nuit.